Europeana – Patrick Ourednik – Allia

–Plus tard, les historiens ont classé les régimes politiques du vingtième siècle en trois catégories totalitaires et autoritaires et démocratiques. Les régimes totalitaires étaient le communisme, le nazisme et les régimes autoritaires les dictatures fascistes et fascisantes apparues après la première guerre mondiale […] Les communistes disaient que le fascisme et le nazisme étaient en fait la même chose mais la plupart des historiens ne partageaient pas cet avis et disaient que le fascisme était par nature universel et susceptible de s’implanter n’importe où en s’adaptant aussitôt aux conditions culturelles et historiques données tandis que le communisme et le nazisme étaient par essence inadaptables parce que la réalité des choses y était subordonnée à l’idéologie. Et qu’au contraire le fascisme était adaptable et pouvait être de droite ou de gauche et destiné aux citoyens déjà âgés comme aux jeunes gens à tendance révolutionnaire et aux uns il promettait de rétablir l’ordre et aux autres d’instaurer un monde nouveau où tout resterait jeune à jamais. Le monde éternellement jeune était un objectif partagé par les communistes mais eux n’avaient pas l’intention de rétablir l’ordre pour les citoyens âgés. Et les jeunes gens se tournaient vers l’avenir et le vent échevelait les épis et le soleil se levait à l’horizon. Et les psychanalystes disaient que l’acquiescement de la plupart des Allemands à l’idéologie nazie était la manifestation d’une frustration sexuelle et que les Allemands étaient en fait à la recherche du père alors que la foi dans le communisme était plutôt l’expression de sadomasochisme dans sa phase infantile.–

Je tenais à vous livrer un passage de ce petit livre à découvrir absolument chez Allia et qui a valu un franc succès à la maison d’édition. Et pour cause, c’est un OLNI  jouissif, drôlissime ou cinglant, décrivant de façon monocorde et litanique un des siècles le plus monstrueux et insensé de l’histoire de l’humanité, sans aucun cynisme.
Un inventaire à la Prévert, mené par une logique simpliste liant les faits historiques à leurs causes et conséquences dans une langue presque infantile et géniale. Des raccourcis à la pelle donc, dont la conjonction “Et” est la star indétrônable, à la manière des enfants narrant leurs prouesses dans un flot de paroles continu.
A cette forme correspond le flot historique, qui déverse sa violence, ses inepties, ses idéologies, ses sarcasmes, et au sein duquel la Shoah tient une place abondante et circulaire, comme l’éternel retour de la violence extrême dans l’histoire des hommes, ainsi que cette phrase d’un soldat italien écrivant à sa sœur pendant la première guerre mondiale :  JE ME SENS DE JOUR EN JOUR PLUS POSITIF.

On en apprend dans ce petit livre, outre les rappels salutaires de la grande Histoire, Ourednik nous promène dans l’histoire des mœurs, sexuelles, hygiéniques, culturelles des européens : savez-vous quand pour la première fois les poupées eurent un sexe de garçon ou de fille ? Quand a commencé le règne de l’enfant roi ? Avez-vous remarqué que les scènes d’amour dans les films se passent presque toujours dans les voitures ou sur la plage ou dans les lits en fonction des époques de réalisation des films ? …

Un condensé de tout, qui rappelle la folie du siècle dernier, sa vitesse, son inhumanité et l’immaturité de notre espèce.  

Image

        
  

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s