La question Finkler – Howard Jacobson

Un humour ravageur… J’ai franchement pleuré de rire à ma lecture, rires qui m’ont également posé question. La question Finkler : tabou de l’identité juive, tabou du racisme commun, tabou sur les causes de ce dernier, tout est prétexte à sourire, sûrement pour ne pas en pleurer dans le roman de Jacobson.
Personnages hilarants de contradictions, où le non-juif du trio est le plus enclin à développer une paranoïa et une victimisation systématique (signe surtout d’un égocentrisme délirant), ou l’on est juif honteux, alors même qu’on crache sur ses congénères, parce qu’il est plus légitime d’être une juif antisioniste qu’un antisioniste tout court et que malgré tout, le peuple juif a bien un petit quelque chose.. Si la question juive est bien le centre du roman, la force du livre est d’étendre une ample réflexion sur la construction des communautarismes en général, et de fonder la peur de l’autre dans la peur de soi-même et le manque cruel de confiance en soi. La question Finkler a quelque chose de magistral.

Image

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s